Romain et italique: 15ème siècle

ils aspirent aussi à un script authentique. Ils trouvent leurs modèles dans des manuscrits magnifiquement écrits qu’ils considèrent comme romains mais qui sont en fait carolingiens.

City of Verona
L’erreur est une chance. Le scénario conçu pour les ateliers monastiques de Charlemagne au VIIIe siècle est un modèle de clarté et d’élégance. Il est adapté pour une utilisation pratique, de manière légèrement différente, par deux amis florentins – Poggio Bracciolini et Niccolò Niccoli.

The 15th Century rose window of cathedral of Puglia, South Italy

Bracciolini, employé comme secrétaire à la cour papale à Rome à partir de 1403, utilise l’ancien script pour les documents importants. Aux lettres minuscules arrondies de l’écriture carolingienne, il ajoute des lettres majuscules rectilignes qu’il copie des monuments romains.

En revanche, son ami Niccoli adapte l’écriture carolingienne aux exigences plus rapides de l’écriture quotidienne. Pour ce faire, il trouve plus commode d’incliner un peu les lettres (résultat du maintien de la plume dans un angle plus confortable) et de permettre à certaines d’entre elles de se rapprocher. Rejoindre n’est pas nouveau en soi. Dans plusieurs formes d’écriture manuscrite médiévale, les lettres s’enchaînent pour devenir ce qu’on appelle une main «cursive».

The Palazzo Altemps 

Plus tard dans le siècle, les imprimeurs de Venise, tentant de refléter l’esprit classique de l’humanisme, se tournent vers les scripts de Bracciolini et Niccoli. Le style arrondi mais droit de Bracciolini est utilisé pour la première fois par l’imprimeur français Nicolas Jenson peu de temps après son arrivée dans la ville en 1470. Ce visage de type est donné le nom romain, reflétant ses origines anciennes.

En 1501, un autre grand imprimeur vénitien, Aldus Manutius, a besoin d’un type contrasté et plus petit pour une «édition de poche» de Virgil. Il se tourne vers le script de Niccoli, utilisé quotidiennement par les Italiens à la mode, et l’appelle en conséquence italique. Roman et italique deviennent finalement une partie standard du répertoire de chaque imprimeur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *